Type : Exploration photographique de 25 points autour de Paris


Année : 2010
Localisation : Ile-de-france
Structure porteuse :

d.u.M.s

Objet :

Repérage photographique sur la nature du paysage de la métropole parisienne. Prise photographique moyen-format dans les 4 directions cardinales à l’intersection des dixième de longitude et de latitude pour une grille de 0,4° x 0,4°

Auteurs du projet : Jean-Philippe Doré et Jean Richer
Suite : En recherche d'un lieu d'exposition

 

 


 

 

 

La voiture s'immobilise à l'intersection de deux chemins de terre. Elle est engagée sur un petit chemin herbeux qu'il l’aurait conduit si elle l'avait suivi vers un vallon s'enfonçant au cœur de la forêt. Les deux occupants de la voiture descendent. Ils sont fourbus. Dans le soir qui tombe, ils sortent du matériel du coffre de la voiture puis s'engagent à pied sur l'autre chemin. D'après le GPS que tient un des deux hommes il y a 800 m à parcourir. Le chemin est détrempé par les pluies récentes et le ciel porte des nuages gras tandis que le soleil a disparu. Le chemin est parallèle à un champ de maïs récemment moissonné. La distance que les deux hommes parcourent dans cet endroit non identifié semble irraisonnable mais ils suivent méthodiquement l'indication des satellites que relaie boîtier noir.

 

Bientôt il faut quitter le chemin car la direction indiquée nécessite de traverser un labour récent. Au loin le chien d'une ferme aboie. Il faut traverser cette terre collante qui rend chaque pas difficile et les deux hommes progressent maintenant avec difficulté. La couleur du ciel à quelque chose ténébreux mais ils arrivent à la lisière du bois et bientôt le souvenir de la plaine s’évanouira dans une lente progression à travers les ronciers. Suivant toujours la flèche du GPS, ils sont obligés d’avancer en ligne droite malgré les contournements rendus nécessaires par les obstacles naturels. Lourdement encombrée par leur matériel, les deux hommes descendent un coteau dans l'épaisseur de la forêt. L'indicateur du GPS commence à s'affoler. La distance au point diminue et sous les frondaisons épaisses, la réception satellitaire pose soudainement problème. Il faut laisser le temps au boîtier noir de s'assagir, reprendre sur quelques mètres puis attendre à nouveau pour comparer les distances et s'apercevoir que l'on a fait fausse route un instant, reprendre la route éprouvante, un chemin sans chemin. Soudain dans une combe, au milieu des chênes et des châtaigniers, la machine semble s'apaiser et le point

est trouvé. Pendant la lente progression des deux hommes, l'obscurité s'est faite et lorsqu'ils installent un trépied au sol on n'y voit plus qu’à une dizaine de mètres. Le ciel n'est plus visible à travers les arbres et l'épaisse couche de feuilles mortes qui tapit de sol ressemble à un tapis infini supportant l’émergence de troncs insolites.

 

Suivant leur obsession, les deux hommes ont monté un appareil photographique en tête du trépied et méthodiquement prennent une vue en direction de chaque points cardinaux à partir du point théorique qu'ils ont identifié dans l'espace géographique. Bientôt, leur tâche achevée, ils reprennent le chemin en sens inverse. Le bruit de leurs lourds pas s'enfonçant dans les feuilles est le seul bruit qu'ils peuvent encore entendre. Ils regagnent lentement la lisière du bois, le champ, le chemin et ils atteignent la voiture bien en arrière quand soudain des phares apparaissent. Apparition sur un chemin isolé à la frontière d'une bourgade a connu. La voiture arrive à leur hauteur et une vitre se baisse. Une voix de femme demande s'ils n’auraient pas vu un chien à la mâchoire broyée. Les deux hommes répondent par la négative, d'ailleurs depuis le début de la journée à la recherche de points théoriques sur la carte de l'Île-de-France, c'est la première fois qu'on leur adresse la parole. La vitre se ferme, les phares de la seconde voiture balayent maintenant  les champs devenus noirs. La passagère passe fébrilement un appel téléphonique qui s’avère inutile puisqu'il n'y a pas de réception dans cette lande désolée où chacun cherche quelque chose et partage avec tous le même abandon.


Ça a commencé comme une plaisanterie autour d'une carte, et d'un verre. On parlait du Grand Paris comme d'un territoire finalement inconnu, un Nouveau Monde assez excitant à découvrir, à l'image, par exemple de la « Baie de Personne » décrite par Peter Handke lors de son immersion dans la banlieue Ouest. Décrire, donc, ce territoire à la manière d'une mission exploratoire. Implanter des points d'observations de façon systématique et arbitraire, et sonder ces points comme ces robots qui fouillent la planète Mars. Sur notre carte au

1/250000ème, figurait un carroyage formé par les degrés de méridiens et de latitude. Soit 25 points espacés de 10 à 15km environ, qui constituaient en tout un rectangle de 75km de « long » et de 49km de « large ». Ces points furent vite implantés sur Google Earth et nous avons commencés à les visiter.

 

La région parisienne nous semblait parfaite pour la démonstration. Dense d'usages et de représentations, elle relève toujours du centralisme à la française qui a fait de la ville-capitale et de sa périphérie le centre névralgique de la nation. Nœud de communication, centre décisionnel international, région au patrimoine historique inégalable, sont autant de superlatifs qui expriment l'importance de ce territoire. Nous allions pouvoir en saisir vingt-cinq images par un protocole simpliste. Tout voyage possède son but. Même si parfois celui-ci est inconnu ou simplement caché. Munis des coordonnées angulaires de chaque point, nous nous sommes mis en route. Il s'agissait de relier un point à un autre, comme pour une régate, en suivant un vecteur devant nous conduire à chaque destination. Le nœud jaune des routes rencontré sur la carte s'y est vite opposé. Le chemin devait être hiératique. Notre projet géométrique se confrontait à la topographie et au sens que les hommes ont donné à l'espace. Relié deux clochers ou deux hameaux ne sert à rien pour celui qui cherche un point théorique et précis mais hors de la considération du quotidien. Chaque point est séparé du suivant d'un sixième de degré, soit douze kilomètres horizontalement et dix-huit verticalement. Ces kilomètres nous ont semblé bien long en vérité. Il a fallut traverser la banlieue ininterrompue, les plaines agricoles et les hameaux pour relier tous les points. A vrai dire, l'expérience ressemblait à un road-movie. Sur les franges du projet, la traversée des hameaux succédait à des routes départementales et ainsi de suite. Lorsque nous nous rapprochions de Paris, le tissu devenait plus dense et nous avons été écœurés par la répétition des mêmes zones pavillonnaires.

 

Il y a la ville que l'on se représente - ses grandes places et ses avenues bordées de boutiques, ses parcs square et jardins - et cette impression diffuse d'une identité qui s'en dégage. Il y a aussi ce long tissu urbain presque ininterrompu, après de faubourgs et de zones, de petites maisons côte à côte, ces hangars commerciaux et ces zones logistiques, et puis les voies, routes et autoroutes, qui serpente dans le paysage découpant des morceaux d'espace. Il y a aussi le grand paysage construit par l'agriculture. Enfin il y a les Landes et les forêts, tout cet espace libre arpenté seulement par quelques uns. Lieux de vie, de production, de stockage, de jachère. Et tous constituent l'espace qui nous accueille. A partir de l'image d'un territoire dense, on imagine pouvoir en tous points trouver la trace de cette animation. Donc de vingt-cinq points théoriques formant un carré dont le centre serait la place Denfert-Rochereau, hasard même quadrillage géographique utilisé.

 

Les visites de chaque point ont été précédées par une succession sur la photographie aérienne d'Île-de-France. Très vite il a fallu se rendre à une évidence. Sur les vingt-cinq points, deux seuls se trouvant en ville tandis qu’au moins quinze sont dans des sous-bois. Soudain la méthode se dérobait, était-ce le bon moyen ? Qu'allions nous trouver ? Nous avons décidé d'appliquer le protocole et de pénétrer la forêt. Ce ne fut pas toujours facile, et ce ne fut pas toujours le même sous-bois. Du sous-bois propret de la forêt de Chantilly aux taillis le plus denses des bois non entretenus, nous sommes devenus des typologues du sous-bois. Quelles conclusions en tirer ?

 

Pour nous aider dans nos recherches, nous avons utilisé deux GPS : un GPS routier permettant d'approcher au mieux les points à partir de la toponymie indiquée par la carte routière puis un GPS nautique permettant de localiser le point au mètre près. Un soir, fourbus comme à l'accoutumée après nos errances sylvestres, l'obscurité s'était faite et nous traversions une forêt en voiture tout en observant sur le GPS routier que celle-ci n'existait pas sur sa cartographie. Empruntant ensuite une voie rapide qui ne menait au triangle de Rocancourt, on remarqua que le GPS décrivait particulièrement bien les bifurcations en indiquant le marquage au sol qui les accompagnait. Nous étions bien dans un système de représentation. Faisant un effort similaire, nous avons repensé aux routes départementales et communales que nous avions emprunté toute la journée, à leurs ineffables aménagements de sécurité et de signalisation routière, à ces mille entrées de Bourg, à ces placettes publiques et à ces champs de pavillon, pour comprendre que nous étions là encore dans un système de représentation plus fort et plus marquée, pour lequel nous étions conditionnés depuis l'enfance. Et si finalement l’expressive géographie de points théoriques n'était que l'expression de la nature de l'espace ? Une nature donc, pas celle des arbres et des écureuils mais bien celle d'une vacance de la représentation et de la spatialité brute. De Platon à Descartes, de Bergson à Deleuze, des théories de l'espace sont constituées. Ce que la philosophie avait ébauché, la sociologie l’a reprise avec la triplicité de l’espace vécu, pensé et de représentation. Nulle envie pour nous d'ajouter la théorie à la théorie. Nous vivions juste l'expérience de la nature de l'espace alors que nous étions partis pour donner l'image d'un territoire urbain et organisés, nous voilà confrontés aux sous-bois où le point théorique recherché pourrait très bien se situer deux mètres plus loin, plus haut au plus bas, où toute tentative cartographie s’attacherait à de simples variations - le velouté d'une pente, la densité des plantations, le tapis de feuilles mortes, etc. - alors que nous cherchions ce vaste espace urbain ininterrompu et innervés par la technologie routière et communication. Enfin, avions-nous à ce point échoué ?

 

Le premier constat était que nous étions dénués de toute représentation en abordant ces localisations théoriques. La deuxième vint juste après, parce qu'il n'empêche que ces sous-bois, ces villages, ces banlieues se trouvent dans une même spatialité et que dans notre navigation erratique, nous passions de l'une à l'autre et que chaque partie contenait des traces de l'autre et que seule changeait l'occupation de l'espace. Tout se passait comme si un village était fait d'éphémères aménagements dans ce grand tout. Ce qui différencie les sous-bois de leur environnement, c'est l'absence d'une qualité d'usage et donc de représentation. Lorsque l'on jouit d'un usage, on le symbolise d'emblée par une représentation qui dédie l'objet à son d'usage et qui nous fait comprendre à sa seule vision la virtualité qu'il enferme. Hélas, perdu dans les sous-bois, on comprend que seules varient dans ce territoire les densités d'usage et de représentation. C'est bien la somme de ces densités qui créent le territoire.

 

 

 

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 17

 

 

 

 

 


 

 

Les 25 points    

 

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 01

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 02

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 03

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 04

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 05

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 06

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 07

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 09

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 10

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 11

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 11

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 12

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 13

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 14

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 15

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 16

 

 


 

Exposition (maquette)

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 18

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 19

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 20

 

 

 


 

 

Projet d'architecture sur les 25 points

 

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 21

 

 

 

 

 

d.u.M.s ZERO QUATRE 22

 

 

 

 

               revenir aux projets           revenir au blog

 

 

 

Partager cette page