Type : Projet urbain
Commanditaire :

Ville de Fontenay-le-Comte

Année : 2009
Localisation : Fontenay-le-Comte (Vendée)
Structure porteuse :

Ville de Fontenay-le-Comte, étude en régie

Objet :

projet de requalification du quartier ancien dégradé en centre-ville dans le cadre d'une cadidature au PNRQAD

Auteurs du projet :

Jean Richer urbaniste, Valérian Dénéchaux stagiaire

Suite : Candidature non retenue

 


 

Ville d’art et d’histoire, ville fleurie, membre de l'association des « Plus Beaux Détours de France », les labels ne manquent pas pour mettre en lumière la ville de Fontenay-le-Comte. Prisée pour sa douceur de vie, celle qui fut surnommée la « Fontaine et source jaillissante des Beaux Esprits » par François Ier, son  centre  ville  peut  s’enorgueillir  d’être  l’un  des  plus  grands  secteurs  sauvegardés  de  France  (87  hectares)  et  le  seul  ayant  un patrimoine du 16ème siècle aussi riche. 

 

Néanmoins, l’état du faubourg des Loges, situé au cœur du centre historique, est très préoccupant : en moins de six mois, deux incendies se sont déclarés dans des immeubles qui ont été détruits par les flammes. En déambulant dans ce quartier, et notamment dans la rue des Loges, et en découvrant les maisons aux façades étroites issues du parcellaire médiéval, un simple regard permet de se rendre compte que de nombreux immeubles sont partiellement vacants, ou à occupation très sociale et dans un état de vétusté avancé. Il est inacceptable que des personnes puissent encore vivre de nos jours dans des logements insalubres et c’est pourquoi, dès 2008, les efforts ont été orientés sur la réhabilitation de ce quartier. Après 30 ans de politique publique sans résultat satisfaisant et d’études urbaines inopérantes, il était temps d’engager une action forte qui soit clairement orientée sur la résorption des logements indignes.

 

 Cette action est menée en parallèle de la politique économique volontariste. En effet, Fontenay-le-Comte subissait également de plein fouet la crise économique et, la fermeture de l’entreprise SKF a conduit à la perte de 28% de taxe professionnelle ainsi que la suppression de 380 postes à Fontenay-le-Comte, et d’emplois indirects, soit 750 salariés sur un bassin d’emploi de 7000 salariés. Le quartier délimité dans le programme d’actions recoupe les aires géographiques du secteur sauvegardé et du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS). Au sein de ce périmètre cohérent, le projet mène des actions pragmatiques s’inscrivant dans une politique globale où urbanisme et social ne font qu’un. Ce projet part du constat suivant : pas moins de quatre études, deux programmes d’actions et trois OPAH se sont succédés en trois décennies sur ce territoire sans être menés à terme et résorbés significativement l’habitat indigne. Il s’agit donc d’un programme réaliste et crédible en reconsidérant toutes les intentions antérieures avec l’idée de la continuité de l’action publique. 

 

L’axe 1, mené en partenariat avec la Communauté de communes, a pour objectif d’ausculter pas moins de 2190 immeubles dont 437 abritent des logements potentiellement indignes. Ce diagnostic effectué en porte-à-porte permettra de préconiser aux propriétaires des travaux pour améliorer à la fois l’habitat et les performances énergétiques. Ces travaux seront accompagnés d’aides financières spécifiques. Le maintien des populations à revenus modestes et le développement de la mixité sociale au sein de ces quartiers est une priorité en adéquation avec les objectifs du Programme Local de l’Habitat. 

 

Pour l’axe 2, un opérateur en lien avec la caisse des dépôts étudiera la création de 79 logements à partir d’un curage des friches artisanales et des immeubles abandonnés du centre-ville. Cette nouvelle offre de logement devrait accroître la mixité du quartier avec des programmes innovants pour Fontenay-le-Comte tels que l’habitat individuel dense ou la prise en charge des personnes âgées. Cette action levier est indispensable au traitement des bâtis les plus dégradés. En effet, seule une maîtrise publique des immeubles concernés permettra de recycler ce foncier et d’amorcer une intervention privée sur site ou à proximité. Ce curetage s’effectuera sans nécessité de relogement puisque les îlots vacants sont clairement identifiés.

 

L’axe 3 montre un signe fort à la population en implantant des services municipaux dans la rue des Loges. En complément, nous stimulons le commerce et l’artisanat de centre-ville par le recrutement d’un manager urbain et par l’aide à l’implantation de quatre commerces de proximité.

 

Dans la suite logique de la réfection de la voirie de la rue des Loges, l’axe 4 poursuit une politique de requalification de l’espace public. En réaménageant les rues transversales entre la rue de la République et la rue des Loges, nous les rendrons plus accessibles (car entrant dans notre schéma d’accessibilité des personnes à mobilité réduite) et plus attractives. Elles permettront ainsi une circulation renforcée entre les deux pôles du centre-ville. En accompagnement de cette opération de voirie, une campagne de ravalement de façade est en cours. En effet, l’amélioration du cadre de vie passe également par la rénovation du patrimoine architectural et notamment par celle des façades.  Cependant, rénover sa façade engendre des contraintes techniques et des coûts importants, c’est pourquoi, la ville complète les aides financières déjà existantes pour les particuliers qui souhaitent améliorer leur patrimoine au sein du quartier des Loges.


 


d.u.M.s PNRQAD 03

 

 

 

Plan d'actions

 

 

 

 


d.u.M.s PNRQAD 04


d.u.M.s PNRQAD 05


d.u.M.s PNRQAD 06


d.u.M.s PNRQAD 07


d.u.M.s PNRQAD 08

 

Les stratégies urbaines successives

 

 

 

 


d.u.M.s PNRQAD 09


 

 

 


d.u.M.s PNRQAD 10

 


 

 

 

               revenir aux projets           revenir au blog

 

 

 

Partager cette page