Projet éditorial


Le projet « villefluctuante » a pour vocation de témoigner des modifications survenues dans la ville contemporaine. S’il est rédigé par des architectes, il s’adresse en général à toute personne intéressée par ce sujet. Les articles sont donc écrits sur un mode journalistique et de préférence sans vocabulaire technique.« villefluctuante » se décline sur trois supports numériques :

 

- Le Blog « éléments de la ville fluctuante » qui regroupe des textes et photographies produits par l’équipe de rédaction ;

 

- Le compte Twitter @fluctuatingcity qui se veut être une revue de presse de titres généralistes et professionnels pour cerner la ville contemporaine par les évènements qui s’y déroulent ;

 

- Le compte villefluctuante sur Evernote qui permet l'échange et le stockage de documents lors de nos projets.

 

Les photographies sont de l’équipe rédactionnelle sauf mention contraire. Toute la production du blog est soumise au droit d’auteur. Nous autorisons à la demande la reproduction totale ou partielle de ces contenus et ce à titre gracieux. Merci de nous contacter pour de plus amples informations.

 

 

Qui sommes-nous?

 

Nous sommes un laboratoire de prospective urbaine qui fusionne la recherche et l’action pour fonctionner comme un observatoire, un lieu de réflexion, de promotion et de mise en œuvre de projets. Ces projets relèvent généralement de plusieurs disciplines et cela nous a conduit à créer une marque, d.u.M.s signifiant « d’un même souffle », pour mettre en place des équipes projets spécifiques à chaque étude.

 

Partant du constat que l’essence de notre existence est le changement alors que l’on présente trop souvent la ville comme un objet statique, nous préférons nous fier aux flux qui la composent. En cherchant à objectiver ce qui « fluctue » dans la ville – les intentions et les activités qui y opèrent et qui composent ce que Henry LEFEVRE appelait une forme pure née de la simultanéité d’évènements hétérogènes – nous nous sommes intéressés autant aux flux physiques, qu’aux flux de communication et d’intentions. Nous aimons à penser que la ville est immobile à grands pas. Son apparente stabilité n’est faite que d’une sorte de frénésie d’idées et de choses consolidées dans l’instant.

 

 

Aménager le temps

 

Le temps est une ressource épuisable et il représente pour nous un capital vital. Alors que le développement durable prône l’économie des ressources, il nous revient d’interroger notre mode de consommation du temps. Pour économiser du temps, pour aller plus vite notamment, nous consommons les autres ressources naturelles jusqu’à leur épuisement. Mais quoi que nous fassions, notre propre temps s’épuise inexorablement. Raisonner nos modes de consommation passe donc par une meilleure gestion du temps.


La consommation de l’espace intègre depuis longtemps notre réflexion globale dans le champ de l’urbanisme. Quand est-il du temps ? N’avons-nous pas intérêt à nous préoccuper du temps et de la succession des durées ? Ce sera au prix de cet effort de recherche que nous ferons progresser durablement la qualité de notre habitat. Car en matière d’aménagement la considération de l’espace ne suffit plus à organiser nos cités alors que les aires urbaines ne cessent de croître et que nous arrivons à épuisement du capital spatial dans les centres-villes, pour comprendre que nous atteignons l’ultime consommation de l’espace et que désormais c’est bien dans l’organisation de la mise à disposition de l’espace dans le temps que ce joue la partie.

 

Partager cette page