Il faut acquérir de nouveaux outils pour évaluer, noter, apprécier le capital temps dans la ville. On peut imaginer de la cartographier, ce qui donnerait une toute autre perception de l'urbanisme: évaluer, quartier par quartier, le potentiel de développement dans le temps, et même bâtiment par bâtiment. A l'échelle de l'architecture, penser le capital temps équivaut à acquérir une nouvelle morale constructive. D'une part la pensée de la durée, d'autre part la pensée du devenir. A ce titre la relation ossature-enveloppe est particulièrement instructive. L'invention du béton armé date de la fin du dix-neuvième siècle, sa maîtrise des années 30, sa normalisation et sa réglementation des années soixante. Peu d'innovations significatives y ont été apportées, si l'on excepte les modernes bétons à haute performance. En revanche les technologies de l'enveloppe, en terme de produits verriers, d'isolation, de façades intelligentes, sont en pleine évolution. On voit par là que l'architecte manie, de manière consciente ou non, des échelles de durée très différente. Penser la conception avec la problématique du temps signifie de penser la traversée du temps des bâtiments d'une part dans leur intégrité physique, d'autre part dans leur devenir fonctionnel.

 

L'exemple de la manufacture du dix-neuvième siècle nous apprend que les bâtiments génériques ont un meilleur devenir que les bâtiments très spécialisés, à la condition primordiale que leur identité, leur inscription physique et symbolique soit suffisamment forte pour porter ces devenirs. L'intelligence du capital-temps, et par là celle d'une nouvelle écologie urbaine, ce pourrait être cette capacité à reconnaître dans la ville et dans l'histoire, puis à reproduire de manière créative dans des conceptions nouvelles, ce double caractère générique et identitaire. Pour prendre une métaphore biologique, les bâtiments génériques seraient en quelque sorte les cellules souches du développement dans le temps: des environnements nutritifs et flexibles, capables d'adaptation mais porteurs d'un ADN de départ suffisamment fort pour traverser les époques.

 

Cette conception du capital temps rejoint également une logique économique: les ossatures, structures, infrastructures dont nous avons parlé constituant des investissements lourds qui s'amortissent sur plusieurs générations, quand l'enveloppe, miroir sensible et perpétuellement en évolution de son époque, peut rejoindre la famille des consommables raisonnés.

Tag(s) : #Opérations

Partager cet article