Tout d'abord le temps du monde, ce temps commun s'étendant sur toutes nos activités, sur toutes les choses. Il réglemente la géographie, s'étendant uniformément autour du globe, ainsi que le fondement de nos sociétés puisqu'il scande leur histoire. Décomposé, il abrite nos mouvements quotidiens. Toute vie sociale exige un synchronisme minimal permettant de garantir un aménagement commun des occupations. L'horloge, la pointeuse, la montre et les calendriers dans leur mesure mécanique servent cette simultanéité, domptent l'enchaînement sauvage des instants individuels vers un tout social rassurant. Mesurer consiste à borner des actes, à les circonscrire collectivement.

 
La mesure fut une discipline mathématique, fondée sur la notion d'enchaînement constant et perpétuel, qui servit l'ordre social. Lorsque Newton rassembla la théorie du temps universel extérieur aux phénomènes, celui de la mécanique, le temps était déjà scandé dans les ateliers, sur la place des églises... Le souci de constance animait la permanence de l'ordre, le déterminisme régnait.


Le vingtième siècle mit fin aux certitudes. La mécanique newtonienne fut ébranlée par l'introduction de phénomènes de diffusion, de friction, de perte contenue dans la nouvelle physique (thermodynamique, mécanique quantique....). En 1900 était introduit le concept de quantum élémentaire d'action, qui allait révolutionner une pensée physique basée sur la notion de continuité : l'énergie apparaissait ainsi comme une structure discrète, discontinue. Graduellement la notion d'objet était remplacée par celle d'événement, de relation, d'interconnexion, le vrai mouvement devenait celui de l’énergie. La possibilité d'un espace temps discontinu était avancée.


Simultanément, la pensée philosophique proposa une distorsion du monde due à la projection de l'être, une vision du foisonnement des possibles. Le temps n'était plus unique, encore moins permanent. Nous perdions la cyclicité du mythe au profit du chant du complexe.


Crédit photographique Stéphanie BARBON

Tag(s) : #Temps

Partager cet article